DES VIOLENCES A LA MAISON DES FEMMES

Le lundi 15 mai 2006, 7 personnes ont décidé d’occuper la Maison des femmes de Paris pour revendiquer des positions qui leur sont personnelles : considérer la prostitution comme un travail, mais ce matin-là elles ont aussi décidé d’être très violentes avec une des militantes de la Maison des femmes. Ces personnes avaient décidé de faire parler d’elles et d’une oppression terrible imposée à des millions de femmes : la prostitution. Mais elles n’avaient pas décidé de dénoncer les prostituteurs, ni les conditions d’esclavages dans lesquelles se retrouvent les prostituées, non ! Elles ont décidé ce jour-là d’insulter, d'humilier, d'agresser et d'imposer des attouchements à une des femmes présentes !!

L’une de ces personnes s’est présentée comme élue de l’UMP, une autre du parti des Verts !! Celles de la Maison des femmes présentes et prises en otages ce matin-là, choquées, s’étonnent encore que des élu-e-s utilisent la violence et l’occupation d’un lieu associatif et subventionné pour exprimer des idées très contreversées par ailleurs par les prostituées ou ex-prostituées militantes abolitionnistes.

La Maison des femmes décide de déposer une main courante pour pénétration dans un lieu, usage de la violence et atteinte à l’intégrité des personnes, d’interpeller les partis responsables de ces violence par ses deux élu-e-s présent-e-s.

La Maison des femmes appelle toutes les associations luttant pour les droits des femmes en toutes circonstances, qui subiraient des violences similaires à porter plainte en réunissant les faits.

AUCUNE VIOLENCE N’EST LEGITIME

Le bureau de la MDF